logo

 

 


 

Enquête par sondage

  • Introduction
  • Onglet 2


Au sens large, toutes les études in situ impliquant des observations indépendantes sur la nature peuvent être classées dans la catégorie des enquêtes. Ces enquêtes peuvent être entreprises pour diverses raisons, par exemple pour estimer les paramètres d’une population, pour comparer des populations différentes, pour étudier le mode de distribution de certains organismes, ou pour découvrir les interactions entre plusieurs variables. Les relations observées dans le cadre de ces études sont rarement des relations de cause à effet, mais elles ont une valeur prévisionnelle. Les études portant sur des sciences comme l’économie, l’écologie et la biologie de la faune rentrent généralement dans cette catégorie. La théorie statistique des enquêtes repose sur l’échantillonnage aléatoire, qui assigne une probabilité de sélection donnée à chaque unité d’échantillonnage de la population.

Nous allons traiter la problématique des enquêtes par sondage au travers d'un cas concret : l'enquête de statisfaction à l'hôpital

Une enquête comprend 4 phases :

  1. Préparation de l'enquête (40 %)
  2. Réalisation de l’enquête (5 %)
  3. Analyse des résultats de l’enquête (30 %)
  4. Présentation des résultats de l’enquête (25 %)

Préparation de l'enquête

Définition de l’objet de l’enquête 

Champ de létude : Satisfaction des patients

Objectif : Mesurer la qualité perçue par des patients et définir des indicateurs en vue de mettre en place et suivre des actions d’amélioration

Dimensions : Composantes essentielles de la qualité des services hospitaliers

Hypothèses : ex : Différences de satisfaction entre patients programmés et non programmés

Définition de l'enquête en fonction des moyens disponibles

– Choix de la méthode de collecte des données de l ’enquête : chacune à ses biais, ses avantages et ses inconvénients

Enquête auto-administrée : Faible coût mais très faible taux de retour (< 20 %)

Enquête par voie postale : Coût moyen et taux de retour > 20 % (40 % si relance)

Enquête face à face : Taux de retour élevé (> 60 %) mais coût élevé car gestion, formation et qualité des enquêteurs

Enquête téléphonique : Idem et risque de violation secret médical réel ou perçu

Enquête via internet : Balbutiements et problème de représentativité

Définition de la population et choix de l’échantillon

– Processus d’échantillonnage

Processus-echantillonnage

–Définition de la population (N) : ensemble des patients dont on souhaite connaître la satisfaction (hospitalisés, ambulants, …) sur une période donnée. Très important au niveau généralisation des résultats. Jamais simple à définir !

Plan de sondage théorique représentatif de cette population

Types déchantillon :

–Echantillon aléatoire ou probabiliste : Tous les individus de la population ont une probabilité, connue et différente de zéro, de figurer dans l ’échantillon.

•Méthode longue et coûteuse mais évite une sélection biaisée de l ’échantillon

•Nécessité d’une base de sondage ou liste exhaustive dans un ordre non significatif

•Aléatoire simple : Pour une population très hétérogène. Rarement utilisé.

•Aléatoire stratifié : Pour une population permettant de répartir les individus en sous-groupes homogènes (strates). Un peu moins coûteuse.–Non aléatoire ou empirique : Choix raisonné visant à faire ressembler l ’échantillon le plus possible à la population dont il est issu.

•Méthode des Quota

–Choix de critères dont on connaît la distribution dans la population étudiée (lieu de résidence, sexe, âge, catégorie socio-professionnelle)

–Choix des personnes à interroger laissé à l’initiative de l’enquêteur sous réserve de  respecter la répartition selon les critères fixés à priori

  Méthode plus rapide et moins coûteuse mais sélection biaisée de l’échantillon que l’on évite en donnant des consignes sur le moment et les endroits de l’enquête

•Ces méthodes ne permettent théoriquement pas le calcul d’une marge d'erreur sur les résultats

Taille de léchantillon (n)

–Loi des grands nombres (ex : 30 lancements d’une pièce de monnaie)

–Pas une question de taux de sondage de la population N (pas de % magique)

•Pour étudier les caractéristiques d’une population, il faut au maximum n = 1500

•Pour comparer des sous-échantillons d’une population, il faut au minimum n = 30 et idéalement 100 individus par sous-groupe

–Calcul de la taille de l ’échantillon

•Pourquoi il n ’y a pas de % miracle de la population N ?

  Dans un sondage aléatoire simple à probabilités égales sans remise, où l ’objectif est d ’estimer la valeur moyenne m d ’une variable quantitative dans une population de taille N, si la taille de l ’échantillon n est suffisamment grande (n>30), l ’intervalle de confiance au degré de confiance 95% est estimé par :

  Processus-echantillonnage-taille-echantillon2

  où y et S désignent respectivement la moyenne et l ’écart-type de la variable étudiée pour l ’échantillon

  Si le taux de sondage est faible (en pratique < 10 %), on peut considérer que le facteur Processus-echantillonnage-taille-echantillon3 est négligeable.

  Dans ce cas la précision du sondage dépend uniquement de la  taille de l ’échantillon et de la dispersion de la variable étudiée.

       Par conséquent, un sondage portant sur 1000 personnes dans un population de 50 millions d ’habitants donnera la même précision qu ’un sondage de même taille dans une population de 100.000 habitants.

Type d erreurs possibles

Erreur de couverture : si certains individus de la population ont une probabilité nulle de figurer dans l ’échantillon tiré

Erreur d échantillonnage : marge d ’erreur due à la taille de l ’échantillon

Erreur de non-réponse : si l ’enquête n ’a pas pu être réalisée auprès de tous les individus de l ’échantillon tiré

•Taux de retour : % de questionnaires valide

•Taux de réponse : % de répondants par question

Erreur de mesure : si les réponses enregistrées sont inexactes, erreurs dues à l’enquêteur (effet induit), aux répondants ou à la qualité du questionnaire

Erreur dencodage : lors de la saisie des données de l’enquête

Elaboration du questionnaire

Exemples de questionnaires de satisfaction des patients :

    1. Questionnaire pour les patients ambulatoires
    2. Questionnaire pour les patients hospitalisés

– Dimensions de la qualité des services hospitaliers

– 3 Questions de Kotler - Dubois : Satisfaction globale, Recommandation et Fidélisation

– Elaboration en groupe multidisciplinaire Þ Adhésion

– Types de question, de variable et de niveau de mesure

Fermée : Choix uniquement parmi les réponses proposées

• Variable nominale : attribution d ’un chiffre sans ordre précis aux modalités d ’une variable. Ex : code de province, numéro d ’unité de soins

• Variable dichotomique : variable nominale à 2 modalités. Ex : Oui/Non, Homme/Femme

•Variable ordinale : attribution d ’un chiffre selon une gradation des modalités d ’une variable. Ex : échelle de Likert (1 = Pas du tout satisfait à 5 = très satisfait)

• Variable continue: attribution d ’un chiffre égal aux modalités de la variable et l ’intervalle entre les modalités est identique. Variable métrique. Ex : âge, taille, ...

Semi-ouverte : idem + « Autres : … » avec pré-codage ou codage ultérieur

Ouverte : Réponse libre, elle permet au patient de s ’exprimer mais a coût de traitement plus important

–Rédaction du questionnaire en 4 parties :

Texte d’introduction visant à motiver à répondre et à garantir la confidentialité

Variables explicatives permettant d’identifier le patient, l’unité de soins, ...

Items de mesure des services présentés selon la logique du patient et non celle de l

’hôpital

Question de satisfaction globale, question ouverte et remerciements– Maximum 4 pages A4 = +/- 20 minutes pour répondre

Biais à éviter :

• Utilisation de termes peu familiers ou techniques

• Utilisation de termes vagues, imprécis, ambigus

• Formulation des questions trop longue

• Structure de la question trop complexe : double négation, 2 questions en 1• Réponse biaisée systématiquement ou induite

Effet de halo : si plusieurs questions successives ont une échelle identique, la personne interrogée aura tendance à répondre toujours de la même manière (opinion moyenne)

–Pré-test du questionnaire, à réaliser en situation réelle, permet d ’évaluer la durée, la pertinence et la compréhension des questions afin d ’apporter les corrections nécessaires

–Un instrument de mesure (Questionnaire) doit répondre aux critères suivants :

Fiabilité : Si on mesure un phénomène plusieurs fois avec le même instrument de mesure, on doit obtenir le même résultat

Validité : L ’instrument de mesure doit permettre d ’appréhender le mieux le phénomène que l ’on cherche à mesurer

Sensibilité : L ’instrument de mesure doit être capable d ’enregistrer des variations assez fines du phénomène mesuré

Réalisation de l’enquête (5 %)

•Quand interroger?

–Sur base de l ’expérience récente des patients (une étude de satisfaction n ’est pas une étude d ’image)

–« A froid » : interroger les patients, en dehors de l ’hôpital, après leur sortie

•pour éviter la coloration et la normalisation des opinions

•pour prendre en compte l ’ensemble des services rendus (ex : facturation)

–A une périodicité neutre : la période d ’enquête doit

•correspondre à une activité « normale » de l ’hôpital

•ne pas motiver d ’attentes exceptionnelles des patients (vacances, …)

•La relance des patients augmente le taux de retour

–Si le taux de réponse est < 50 %, il faut voir si les non-répondants diffèrent des répondants au niveau sexe, âge, lieu de résidence et autres caractéristiques

  Moins ils diffèrent et moins il y a de biais dans l ’enquête

Analyse des résultats de l’enquête (30 %)

3.1. Dépouillement et encodage des questionnaires

– Tri des questionnaires avant encodage (élimination des questionnaires non ou mal remplis, illisibles, incohérents)

– Fiabilité de la saisie : logiciels permettent des contrôles de cohérence

– Erreur d ’encodage : un taux < 5 ‰ est acceptable

– Lecture optique si enquêtes fréquentes et volumes importants

3.2. Nettoyage des données

– Exemple : élimination des numéros d ’unité de soins non-existants

Validation de l’échantillon et analyses statistiques

3.3. Validation de l ’échantillon

– Echantillon correspond au plan de sondage (erreur de non-réponse)– Sinon pondération et redressement éventuel de l ’échantillon

3.4. Analyse des résultats de l ’enquête

– Analyses quantitatives les plus fréquemment utilisées

– Pour les variables nominales et ordinales

Tri à plat : fréquence et % des différentes modalités d ’une variable

Tri croisé : croisement de 2 variables. Ex : sexe par unité de soins– Pour les variables ordinales et continues

Moyenne et écart-type

Test de différence de moyennes : rechercher les variables explicatives à 2 modalités ayant une différence significative par rapport à un item

  Ex : différence de satisfaction de la qualité des repas en fonction du sexe

Analyse univariée : rechercher les variables explicatives à 3 modalités ou plus ayant une différence significative par rapport à un item

  Ex : différence de satisfaction globale du séjour en fonction des unités de soins

Analyse de corrélation : rechercher les variables fortement liées entre elles• Coefficient de corrélation de Pearson : Pour les variables continues• Test d ’indépendance du Khi² : Pour les variables ordinales

  Ex : Importance de l ’organisation de la sortie sur la satisfaction globale du séjour

– Analyses qualitatives des commentaires et suggestions

Evolution de la satisfaction des patients dans le temps

  Significativité du Test de différence des moyennes aux temps T1 et T2

 

Processus-echantillonnage-taille-echantillon4

Présentation des résultats de l’enquête (25 %)

 


Contenu2